fbpx

juin 21

La création d’une vidéo identitaire (partie 1 de 3) | E056

0  comments

Dans ce 56e épisode de Marketing Haute Fréquence, il a été question de la création d’une vidéo identitaire. Dans ce cas-ci, il s’agit de celle de Guillaume pour Méta. 

Les intentions derrière la vidéo

-Les gars ont décidé lors de la dernière semaine que ce sont lors des 1er et 2 juillet qu’ils tourneront la vidéo identitaire pour la marque Méta.

-Guillaume a plusieurs intentions avec cette vidéo. Tout d’abord, il souhaite amener la philosophie Méta et du Haute Fréquence. Il veut aussi élever la fréquence du communicateur et des humains. Un autre point de plus en plus important pour lui est d’être immergé, soit en faisant des immersions pour bien comprendre les acteurs dans le marché, comprendre l’envers du décor et ainsi de site dans les sphères du marketing, du copywriting ainsi que du branding. 

-Une autre intention est de démontrer son expertise et son expérience comme marketeur web. C’est l’un des plus vieux dans la francophonie. Bien évidemment, il doit parler du problème du  marketing « requin » et de ses impacts. 

-Selon Robin, il faut apporter un peu le côté intrigue dans la vidéo. Il faut éduquer, raconter, mais aussi que ce soit intéressant. L’intrigue amène cela. Il faut que les gens se posent des questions et par la suite, on leur répond.

-Guillaume se demandait à quel moment la vidéo doit partir dans son parcours. À 15 ans quand il a commencé à se tenir avec des entrepreneurs au golf, à ses débuts dans l’entrepreneuriat ou à un autre moment. Il veut pointer du doigt le marketing qui se veut bon, mais qui ne l’est pas pour le bien commun. Il veut aussi mettre de l’avant l’importance de l’unité. 

Les impacts d’une influence haute fréquence

-Les gars avaient pensé créer une trame narrative du héros vs l’ennemi, l’ennemi étant le marketing basse fréquence. Cela présente ainsi ce que Guillaume n’est pas et ce qu’il est possible de faire de différent.

-Pour Robin, le choix des mots est primordial. Il faut bien les choisir et ne pas faire l’erreur de trop en donner. « Less is more ».

-Guillaume veut présenter de bons exemples pour que les gens puissent comprendre rapidement ce qu’est de la basse fréquence contrairement à de la haute fréquence. Pas juste dans le marketing, mais aussi dans notre vie de tous les jours.

-Tous les porteurs de projets doivent être capable d’avoir de l’influence pour relier des humains autour de leurs projets et ils peuvent influencer en haute ou basse fréquence. 

-L’influence pour le bien commun est justement ce qui attire Guillaume.  Avec l’influence basse fréquence, dans la transaction, il y a un gagnant et un perdant. En haute fréquence, tout le monde est gagnant. 

-C’est important de communiquer sur un seul message, un seul objectif, soit la morale de l’histoire comme a mentionné Robin.

Liens mentionnés dans cet épisode:

La puissance de la vidéo identitaire | E054

Pour communiquer avec nous:

marketinghautefrequence.com

Merci de nous écouter. Au plaisir de vous retrouver la semaine prochaine pour un autre épisode de Marketing Haute Fréquence!


ÉTIQUETTES


La création d’une vidéo identitaire (partie 1 de 2), Marketing Haute-Fréquence, podcast


Podcasts connexes

Comment faire passer mon entreprise au prochain niveau ? | E074
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}